dimanche 27 avril 2008
11:34

LE cigarette*




*Ce mot est employé au masculin afin d'atteindre le sens voulu
Je me procurait un cigarette, un jour. Avant de l'acquérir j'ai bien hésité, j'ai bien réfléchi, et j'ai beaucoup attendu. Enfin je cède à la tentation.
Mon cigarette en poche, je cherche vite une chaise, une table, un cendrier et un espace agréable pour fumer. Je prend mon trésor en main, je le fixe des yeux, il me tente.
Je le pose sur mes lèvres, un moment, j'essaye de profiter de cet instant. Je me fais des idées avant d'allumer mon cigarette et de partir avec lui dans un monde virtuel.
Mon accendino (briquet) à la main j'allume mon cigarette.
J'inspire, je marque un moment et j'expire. Je souris à la vue de cette fumée qui part dirigée vers le haut. Elle part dans l'espace formant un nuage rose blanchâtre ou blanc rosâtre. Je souris à la vue de ce nuage, je pose ma tête et je ferme les yeux et je me laisse emporter. Comme si tout s'arrête de tourner autour de moi, toute mon existence tourne autours de ce cigarette, de sa flamme, de mon plaisir, et du nuage.
Taffe après taffe, le nuage s'élargit, s'agrandit, et s'embellit. Une pensée naïve me hante. Et si je monte là haut. Je laisse mes idées s'envoler, m'emporter, dans toutes les dimensions...
Ma tête s'alourdit, et commence à perdre les repères. Le fil de mes idées se rompt, mes réflexions se perturbent, mon cigarette en main et je m'en fou du reste.
Dernière taffe, j'inspire, et je bloque l'air dans mes poumons. Mon cigarette est terminé... Domage, je l'écrase au fond du cendrier. Je ressens le bruit de la craquelure du cendre.
J'expire, la dernière bouffée qui part en l'air.
Un sentiment d'amertume me prend. Mon cigarette est parti. Dommage, avec lui j'ai passé d'agréables moments, j'ai la tête qui tourne.
J'ouvre la fenêtre, je prends une bouffée d'oxygène. Je bois une bonne gorgée d'eau claire...
Je jette un dernier coup d'œil sur mon cigarette. Lui qui m'a déjà tourné le dos, et ne pourra jamais me fixer le regard de nouveau. Il me fuit comme la peste.
Une prise de conscience me tourmente, je me dit bien, c'est bel et bien un cigarette?, je parle bien d'un cigarette?, un simple cigarette?... J'écris un texte, je développe des sentiments pour un cigarette?...
J'esquisse un sourire, mais ce n'est qu'un cigarette, et je ne suis qu'une fumeuse.
Je prend mon briquet, je le contemple bien. Il est encore valable, prêt à enflammer d'autres cigarettes... Et c'est ce qui compte pour moi.
Et ce cigarette, je suis sure que je suis dans son amnésie.

NB: fumer nuit à la santé

4 commentaires:

Azwaw soumendil awragh أزواو سومنديل آوراغ a dit…

Bien inspirée l'As loooooooooooooool comme tu dis fumer nuit (et jour) à la santé (mentale)

Da7dou7a a dit…

Ouai ouai ouai... Qu'est-ce qu'ils* (même sens que l'As) ont la mémoire courte les cigarettes :p L'important c'est que tu as changé d'air en le fumant! Et de toute façon il y en aura d'autres que tu peux fumer... wnchalah bientôt tu fumera un cigare! (Masculin bel gdé wel ma3na hédha lol)...

brastos a dit…

.. LA cendrier .. je veux dire .. la cendre y est ..:):)

elgreco a dit…

je deteste La cigarette
J adoooore ton texte

Bravo//////

http://rachedelgreco.blogspirit.com/