dimanche 6 juillet 2008
15:21

Le bateau des vents


Mes larmes coulent à l'intérieur, pas de solution, pas d'optimisation, pas d'objection...
C'est le destin, destin, destin, le mot magique, le mot tragique, le mot sympathique, le mot utopique qui nous unie et qui nous transforme, informe, manipule, terrorise,
Le destin, qui caresse nos maux, quand on perd les mots, moi, toi, elle, lui, nous et vous, eux les autres, des acteurs de première classe, les figurants, les maquilleurs, des spectateurs, des "applaudisseurs", des moqueurs, des éjaculateurs, des voleurs, des violeurs... les photos, les caméras, les projecteurs, les rumeurs, les sourires, les crises de nerfs, les scénarii, l'alcool, l'envie, la distance, l'oubli, je vomis, je ne pleure plus.
La lettre se trace ainsi, les phrases sont claires et moi je comprends. Pas de douleurs, juste que chaque soir je pleure à l'écoute de ta voix ivre me crier tes soupirs qui viennent de l'intérieur.
Suis je méchante? moi qui a toujours cru à un amour de cœur, tu t'enivres devant ton verre de douleurs et moi je me soule sous tes larmes qui coulent salée, épuisée, étouffées...
Nous partons, nous nous cherchons, nous pleurons, nous nous oublierons, dans le brouillard du destin, le destin qui actualise, qui banalise, qui focalise nos terreurs, qui brule nos cœurs, et qui embrasse nos douleurs...
Je sens la torche brulée, et je sens mon égoïsme m'étouffer, mon fanatisme qui vient chaque seconde me traumatiser...
Tu verses ton sang sur mon corps, et les échos de cris venus de ton intérieur me serrent le cœur.
Tu bois toutes les nuits, mais tous les whisky pour toi ont le même goût, et tous les bateaux portent mon drapeau... Je suis partout,
Je rêve chaque matin, mais tous les sommeils pour moi n'ont plus de goût, et tous les bateaux débarquent si tôt pour me réveiller et me redire adieu....
Sur le port des vents, je m'attache, je m'emmène, je me promène, je souris, demain sera un autre jour, le destin, nous mènera, alors croisons les bras.

3 commentaires:

dalida a dit…

Bravo pour ce texte!

lasnumberone a dit…

@dalida: Merci ;-)

Karim2k a dit…

On ne peut decrir ma souffrance...